Rechercher
  • Celine Casana Reflexobarp

Microbiote intestinal et Réflexologie, quel rapport ?


Qu’est ce que le microbiote intestinal ?


Le microbiote intestinal est aussi appelé “flore intestinale“. Il est le plus important microbiote du corps humain ; il colonise les parois de l’estomac et des intestins et plus particulièrement en très grandes quantités dans le côlon. Notre tube digestif abrite 2 à 10 fois plus de micro-organismes que le nombre de cellules qui constituent notre corps. Cet ensemble de bactéries, virus, parasites et champignons non pathogènes constitue notre microbiote intestinal et ne pèse pas moins de 2 kilogrammes. Il est propre à chaque individu et se constitue dès la naissance, grâce au contact de la flore vaginale de la mère lors d’un accouchement par voie basse et des micro-organismes de l’environnement, lors d’une césarienne.

Quel est son rôle ?


Il joue un rôle important dans les fonctions :

  • digestive : activer la décomposition du bol alimentaire

  • immunitaire : favoriser le développement des bonnes bactéries

  • métabolique : produire des acides gras pour nourrir certains tissus de la muqueuse intestinale

  • neurologique : soutenir les cellules afin de limiter les maladies neurologiques telles que Alzheimer, Parkinson, dépression…..

Il est donc nécessaire de soutenir au maximum un bon microbiote intestinal pour permettre au corps/esprit d’être en bonne santé.

Quels éléments peuvent induire son équilibre/déséquilibre ?

  • Stress, angoisse, choc émotionnel

  • Diversification alimentaire

  • Hygiène de vie

  • Traitements médicaux

  • Environnement

  • Fluctuation des hormones sexuelles – testostérone et œstrogènes

La composition du microbiote va donc fluctuer qualitativement ou quantitativement en fonction de l’ensemble des éléments cités. Le système nerveux qui régit l’intestin contient à lui seul 200 millions de neurones. Sa fonction première est d’assurer la motricité intestinale ; 80% de ces cellules nerveuses véhiculent l’information dans le sens intestin-cerveau, c’est la raison pour laquelle on qualifie les intestins de deuxième cerveau. Ainsi, une modification du microbiote peut modifier l’information transmise au système nerveux central. Les intestins sont aussi appelés le « bassin des émotions », voilà pourquoi toutes émotions négatives prégnantes peuvent mettre en déséquilibre le microbiote intestinal. Nous pouvons également affirmer que certaines maladies inflammatoires, chroniques ou neurologiques sont associées à un déséquilibre de la flore intestinale.

Comment la réflexologie peut-elle accompagner le microbiote vers un rééquilibre ?

La réflexologie permet grâce aux pressions exercées sur des zones réflexes bien particulières, de stimuler les systèmes du corps humain de façon précise comme le système nerveux et digestif qui influent directement sur le microbiote. Elle est un excellent soutien pour notre équilibre physique, psychique et émotionnel. Elle peut donc agir sur notre système digestif pour lui permettre de se réguler aussi souvent que nécessaire et plus précisément d’agir en direct sur l’estomac, les intestins et le côlon mais également, le foie (étroitement lié avec le tube digestif puisqu’alimenté par la veine porte à 75 %, vaisseau reliant l’intestin au foie), le pancréas (lié par le canal pancréatique) permettant ainsi la régulation de notre microbiote intestinal. Mais également par la stimulation du système nerveux pour libérer le corps des surcharges en stress et permettre au corps/cerveau de lâcher prise pour favoriser une profonde relaxation, détente et ainsi donc limiter le déséquilibre du microbiote.

Le massage de ces zones réflexes va permettre, grâce aux terminaisons nerveuses situées dans les pieds (au nombre de 7200) ou les mains (au nombre de 3600), de pouvoir transmettre une information précise au cerveau quant à la régulation demandées sur certaines zones ou organes pour soutenir et favoriser une bonne flore intestinale !


Retrouvez ici les avis de mes clients : Commentaires

Et les articles sur l’aromathérapie par ici : Aromathérapie